Les Maramurech

Publié le par guilhem et marlène

Les Maramurech

Et voilà, la Roumanie c’est fini. On est triste de quitter ce joli pays qui nous on aura mis pleins les yeux ! Les Maramures c’était de la Nature à l’état pure ! Des belles forêts de partout, des villages de maisons en bois magnifiques, des paysages de contes de fées qui nous laissent comprendre pourquoi il y a pleins d’histoires de fées, lutins et autres croyances dans cette partie du pays. Nous y avons passé une petite semaine, on aurait bien aimé plus mais le temps nous est maintenant compté. On s’arrête à Sighetu dans le Nord nord de la Roumanie à la frontière ukrainienne pour aller visiter le Mémorial du Communisme, musée sur cette sombre période du pays, musée installé à l’intérieur de l’ancienne prison de Sighetu qui avait été utilisée comme prison pour les opposants politiques à partir de 1950. Bref historique de la prison de Sighet extrait d’un document explicatif remis par le musée : "La prison de Sighet a été bâtie en 1897 par les autorités austro-hongroises, à l’occasion de l’anniversaire du « premier millénaire hongrois ». Après 1918, elle a fonctionné en tant que prison de droit commun. Après 1945, c’est par Sighet que se faisait le rapatriement des anciens prisonniers et des anciens déportés dans l’URSS. En août 1948, elle devient un lieu de détention pour un groupe d’étudiants, d’èléves et de paysans des Maramures (…). Le 5 et 6 mai 1950, plus d’une centaine de notables venant de tout le pays- des anciens ministres, académiciens, économistes, militaires, historiens, journalistes, politiciens- ont été emprisonnés à Sighet. Certains d’entre eux étaient condamnés à des peines sévères, tandis que d’autres n’avaient même pas été jugés. La plupart d’entre eux avaient dépassés la soixantaine. En octobre-novembre 1950, environ 45-50 évêques et prêtres catholiques ont été amenés à Sighet. Le pénitencier était considéré comme « unité spéciale de travail », connue osus le nom de « la colonie du Danube ». En réalité, il était tant un lieu d’extermination des élites du pays qu’un lieu sûr, d’où on ne pouvait pas s’échapper, vu la proximité avec l’URSS. Les détenus vivaient dans des conditions insalubres (nourriture immangeable, pas le droit de s’allonger pendant la journée, pas le droit de regarder par la fenêtre, humiliations diverses…). En 1955, à la suite de la convention de Genève et de l’admission de la Roumanie communiste dans l’ONU, une amnistie a eu lieu".

maison tout de bois vétue

maison tout de bois vétue

le paradis est sur terre;)

le paradis est sur terre;)

Les Maramurech
arche sculté qui sont à l'entrée de tout les petits villages de la vallée

arche sculté qui sont à l'entrée de tout les petits villages de la vallée

portail en bois sculté

portail en bois sculté

românia!

românia!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article