Chapitre troisième : Histoire, Mostar et pénards

Publié le par guilhem

Chapitre troisième : Histoire, Mostar et pénards

Nous voilà reparti direction Mostar pour une visite historico-politico-artistico. Cette ville, nous aura, comment dire, perdus. Nous devons connaitre tous les quartiers y avoir tourné plusieurs fois. Cette ville est aussi assez prenante émotionnellement, entre la vieille ville magnifique avec son Vieux Pont ( d'où le nom de la ville , most = pont en slave ) haut de 27 mètres d’où sautent les locaux après avoir amassé 25euros aux badauds et la ville en elle-même portant les marques de la guerre de Bosnie avec ses murs marqués par les balles et ses ruines parsemant la ville, vestiges d’une guerre violente (comme toutes les guerres). Après s’être pas mal promenés dans la vieille ville et avoir dégusté une assiette bosniaque endioquante (comme dirait les Savoyards) avec tripes, courgette et patate farcies et riz aux épinards, nous avons dormi dans la vieille ville grâce à une petite dame qui nous a montré un parking privé. Nous avons pu y dormir sur nos deux oreilles sans souci de l’amende qui nous guettait deux rues plus loin.

Nous repartons de Mostar direction Livno proche de la frontière Croate. Au bout d’un chemin, nous y trouvons un petit coin pénard (lac de barrage et montagnes), de quoi nous occuper pendant plusieurs jours. Hyacinthe et Guilhem nous fabrique un filet de pêche avec trois bouts de fils, 4 branches, 4 bouteilles d’eau et une vieille bâche abandonnée sur la plage du lac. Grâce à ce filet de fortune, ils se font des missions pêche, de quoi nous faire un apéro aux petits poissons fris ! Les jours passent et ne se ressemblent pas ! Sauts du pont du barrage, pêche, jongle (et même en feu), pizza party au feu de bois, nous y voyons les jours défilés.

plateau sur les hauteurs de Mostar

plateau sur les hauteurs de Mostar

le barrage vu de notre terrasse

le barrage vu de notre terrasse

le filet révolutionnaire

le filet révolutionnaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article